Conseiller des parents et ne pas avoir enfant : une histoire de logique

Le Terrain > Blog > Conseiller des parents et ne pas avoir enfant : une histoire de logique

Pédagogie sur-mesure adaptées aux décrocheurs scolaires

“Vous ne savez pas de quoi on parle, vous n’avez pas d’enfant. Moi j’en ai, je sais”.

Cette phrase n’est pas le prétexte à un débordement d’opinions ni à la justification de quoi que ce soit. Cette phrase, c’est une remarque réelle, la traduction d’un sujet en suspens.

Cette phrase, au fond, elle questionne la légitimité : peut-on conseiller des parents en ne l’étant pas soi même ?

Il est intéressant que constater que la formulation suivante : “peut on conseiller des enfants en n’en ayant pas ?” ne causerait pas le même débat. 

Sans doute parce qu’ayant nous même été des enfants, ce droit nous est arrogé, d’office. Nous avons été UN enfant, nous pouvons conseiller LES enfants. 

Ainsi il existerait une grande catégorie d’être, tous si semblables que l’expérience personnelle seule suffirait à légitimer le droit de parole.

Et c’est là que se dessine le fond du sujet : avoir été un enfant nous rend t-il expert en enfants ? La réponse est évidemment non. Avoir été un enfant, c’est avoir un vécu d’enfant, des souvenirs, et peut être un avis. Une expérience personnelle, circonspecte aux bords de soi et de ses prismes. Pas plus.

Mais si cette question est vite éludée, peut on parler de la suivante : “avoir un enfant nous rend il expert en enfants ?”. 

La réponse est : Non.

Avoir un enfant, c’est avoir la charge d’un individu, être responsable de son éducation, lui transmettre des valeurs, des conseils, des astuces, en somme, des tips de vie. Avoir un enfant, c’est connaître un enfant, et en avoir la charge.

Mais être chargé d’un enfant, pour autant, ne nous rend pas éducateur, psychologue, prof, coach. Etre parent ne nous rend pas expert : aucun enfant n’est semblable, aucune expérience en éducation parfaitement reproductible.

Eduquer un enfant n’est pas une science.

Dès lors il apparaît qu’être parent est un parti pris, un essai, une expérience individuelle. A ce titre, si la plupart des parents vivent mal le regard et les conseils d’autrui sur leur façon d’élever leur enfants, c’est bien pour cela : l’éducation est une histoire de choix, de partis pris, de système de croyance et de valeur.

On imagine alors facilement le rôle de l’éducateur, du prof ou du précepteur : celui d’être une lumière supplémentaire, un axe différent, une fréquence de communication nouvelle.

Ne pas avoir d’enfant n’empêche pas la finesse de l’analyse, la solidité des théories, les bonnes idées de l’expérience.

En somme, ne pas avoir d’enfants n’empêche pas de voir les individus qu’ils sont, ni de connaître et de savoir comment tenter de les aider.

Soyons des alliés, des éclairages différents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le mot des fondatrices

Salut !

Nous, c’est Audrey & Camille. Après avoir accompagné des ados en décrochage scolaire dans une école, on s’est lancées dans l’aventure d’entreprendre dans l’éducation.

On sort du sujet de l’académique pour réfléchir à comment remettre du sens au coeur de l’apprentissage afin qu’il soit à nouveau perçu comme utile par des générations qui transcendent l’accès à la connaissance tel qu’on a pu le connaître.