Ils ont décroché #19, L’histoire de T.

Le Terrain > Blog > Ils ont décroché #19, L’histoire de T.

14 ans. Le physique d’un enfant de 8 ans. Ecrire jeteme. Ne pas savoir lire l’heure. Parler de son grand frère, et nous de comprendre quelque temps plus tard qu’il n’a pas de grand frère, mais un frère jumeau.

C’est l’histoire de T. T. a décroché de sa classe Ulis pour cause de harcèlement scolaire. On parle ici de petits gestes au quotidien, qui n’échappent pas à la sensibilité particulière de T. Raison pour laquelle peu d’adultes n’ont accordé que trop peu de crédit à sa souffrance, ne voyant pas de témoignages concrets d’une quelconque violence qui justifieraient une intervention. Pis encore, certains adultes participaient (parfois malgré eux, parfois avec une mesquine volonté) à ce harcèlement. Si bien que T est progressivement devenu le bouc émissaire de ceux qui l’entouraient dans sa scolarité.

Et si d’un point de vue médical, son retard académique, de développement et de maturité est dû à une limitation du développement de son cervelet (organe dont nous connaissons encore trop peu les tenants et les aboutissants du fonctionnement), la malveillance ambiante dans laquelle T a évolué pendant les quelques premières années de sa scolarité a fortement contribué à sa phobie, scolaire d’abord, sociale après.

Très timoré quand je l’ai rencontré, il pensait n’être qu’un incapable, un râté, LE mec chelou dont tout le monde se moque. Très vite il s’est approprié un des adages de nos journées d’intégration : “on est tous le chelou de quelqu’un”. Certains reconnaîtront l’inspiration de Pierre Perret ^^ Et cela l’a semble-t-il aidé à se libérer (work still in progress) des carcans l’ayant enfermés et l’empêchant d’avancer.

Si scolairement, nous avons conçu un programme entièrement sur-mesure, reprenant les fondamentaux :

  • la notion du temps : passé, présent, futur sans laquelle impossible de penser conjugaison et lisibilité, compréhension de ses oraux et écrits 
  • les bases mathématiques que l’on apprend en primaire : savoir compter, soustraire, additionner
  • la lecture : apprendre à lire, la méthode globale ayant fait des dégâts ravageurs, à partir de livres qui l’animaient, en particulier Charlie & la chocolaterie où nous concevions page par page des questionnaires adaptés à ses compétences et ses loisirs.

Oui parce que ce que je ne t’ai pas dit c’est que T est un autodidacte d’une grande adresse et finesse dans les arts. Il est la seule personne rencontrée qui ne sache pas compter mais soit capable de t’expliquer le principe de 3D, de perspective dans les dessins.

Beaucoup de ce que nous avons mis en place dans le concret avec lui passait par tirer ses habilités artistiques vers les connaissances académiques attendues de lui. Régulièrement, nous inversions le sens d’enseignement, lui devenant notre professeur de dessin et nous, posant des questions l’amenant à formaliser soit d’un point de vue mathématique, soit littéraire ses explications.

Aujourd’hui T. n’a plus ni l’allure, ni l’hésitation d’un enfant de 8 ans, mais se développe tant physiquement qu’émotionnellement comme un adolescent de 16 ans. Il a choisi de s’orienter vers une filière artistique qui lui permette de capitaliser ses acquis sur le sujet qui l’anime et dans lequel il se sent à la hauteur et bien plus encore ! La confiance que je l’ai vu gagner pendant les 2 ans où je l’ai accompagné est toujours en work in progress mais il ne lâche rien et a ancré en lui qu’il valait le coup comme p’tit mec !

Et parce qu’on en a jamais assez, l’histoire d’un autre T. noircit les lignes de l’article suivant.

One thought on “Ils ont décroché #19, L’histoire de T.

  1. […] Et si tu aimes bien les histoires qui finissent bien, je t’invite à lire celle d’un p’tit mec très chouette : T. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le mot des fondatrices

Salut !

Nous, c’est Audrey & Camille. Après avoir accompagné des ados en décrochage scolaire dans une école, on s’est lancées dans l’aventure d’entreprendre dans l’éducation.

On sort du sujet de l’académique pour réfléchir à comment remettre du sens au coeur de l’apprentissage afin qu’il soit à nouveau perçu comme utile par des générations qui transcendent l’accès à la connaissance tel qu’on a pu le connaître.